1er mai :
en ce jour de fête du travail, c’est la découverte spéléo qui est à l’honneur pour les juniors. Tout d’abord à la GROTTE DU CHARME, là où tout a commencé pour les Argilons que « l’équipe d’Ecoche » entraîne une famille Ecochoise. Ils se faufileront durant 1h30 dans les boyaux qui sont désormais en partie habités par des blaireaux. (Audrey, Judy, Valentine, Clément avec Aurélie, Cyril, Agathe et son petit frère)
Dans le Mâconnais, une autre équipe investit la grotte des FURTINS, à Berzé la Ville ; avant d’entrer nous rencontrons le 1er magistrat qui nous parle de la cavité, de son accès et de l’intérêt qu’il porte aux spéléos qui viennent dans la grotte. Nous passerons 2h dans cette jolie cavité qui ne développe que 200 m mais recèle de beaux couloirs et de beaux volumes. A la fin de la visite, Ludovic et Gaspard viennent nous rejoindre pour une séance photo. Ce sera aussi l’occasion d’une sortie découverte pour Héloïse, Cléo et Julien. (Didier, Gabin, Pascal, Albin, Roland, Dominique Dassonville)

3 au 5 mai :
nous ne sommes que 5, malheureusement à nous rendre à Nantua pour ce gros congrès fédéral qui a regroupé un total de 1050 participants (en comptant les 75 bénévoles qui ont assuré l’organisation sur place, du CDS 01 et du CDS 396 pour la plupart). Ce fut un beau congrès avec beaucoup d’animations dont une nouvelle tyrolienne du SSF de plus de 1200m de longueur au-dessus du lac : Jean Jacques, Lionel et Isabelle l’ont testé et en auraient bien fait un deuxième tour !
Autrement beaucoup d’exposants, des films, des tables rondes, des moments de convivialité où l’on a eu plaisir à revoir des spéléos venus de toute la France. Notre ami Michel LUQUET a été fait membre d’honneur de la FFS, bravo pour tout le travail audiovisuel qu’il accomplit depuis plus de 40 ans. Lundi, Gourou, Jean jacques et Roland ont fait la via de Fort l’Ecluse : bien avec 150 m de dénivelé, peu de marche d’approche et une vue magnifique sur les méandres du Rhône. Le dimanche, Lionel, Isabelle, Roland et Jean Jacques sont montés au sommet du crêt de Chalame dans le brouillard… côté vue ce fut raté ! (Didier, Lionel, Jean jacques, Roland et Isabelle)

13 mai :
c’est à CRAS que ça se passe et encore de la découverte. Nous ne sommes pas trop nombreux pour assurer l’équipement complet de la grotte et l’encadrement de 3 néophytes. Malgré une météo pluvieuse, nous montons à pied jusqu’au sommet. Nous passerons plus de 4h dans cette cavité qui offre de belles possibilités de progression technique. Heureusement que Christian est venu me rejoindre avec Damien et Nicolas, sans lui l’encadrement aurait été très compliqué malgré l’aide précieuse de Gabin qui a pris son rôle d’encadrant très au sérieux et a vaincu son appréhension du vide pour aider les débutants dans leur progression. (Didier, Gabin, Christian, Damien, Nicolas pour encadrer Maureen, Héloïse et Cléo)

14 mai :
retour à 9h sur le « chemin de la montagne » à CRAS pour cette fois encadrer un groupe d’étudiants de l’ENSAM de Cluny. Ils sont à l’heure mais de 6 ils ne se retrouvent que 5. Ce n’est pas grave, la qualité prévaut sur la quantité ! Contrairement à la veille c’est sous un beau soleil que nous escaladons les quelques hectomètres de chemin jusqu’à la grotte. Il faut dire que Gourou et son petit-fils ont opté pour une montée en 4x4, c’est beaucoup moins dur pour le tout jeune retraité ! Il nous faudra 2h45 pour faire le parcours total et déséquiper la cavité. Gabin, une fois encore a joué le rôle d’un équipier bienveillant avec les nouveaux. En sortant nous retrouvons Marjorie, Gaspard et Ludovic qui ont eu un peu de mal à démarrer le matin ! (Didier, Gabin, Pascal, Albin qui ont assuré l’encadrement d’Audrey, Théo, Yvan, Rémi et Pierre-Louis)

21 mai :
descente canyon pour faire travailler la technique à Chloé ; Sylvain avait choisi le SAUT du GIER qui est bien vertical ; le soir, ils font la via-ferrata de Planfoy. (Chloé, Jean-Pierre et Sylvain)

25 au 28 mai :
week-end dans le sud pour une partie de nos grenouilles qui retrouvent leurs amis Suisses et Marseillais. C’est à l’occasion de ces retrouvailles entre stagiaires EFC (notre instructeur y organisait chaque année un stage à l’ascension) qu’une forte équipe se retrouve dans la Haute Vésubie pour faire la surprise à Fabien (qui soufflera ses 60 bougies le samedi) que plusieurs canyons et via ferrata furent parcourus.
Canyon de l’Infernet , assez sauvage, celui de la Bollene très aquatique avec sauts, toboggans et descentes sans discontinuer. Ils ont parcouru la via ferrata des canyons de Lantosque avec remontée de 60m, tyrolienne de 100 m. Un moment, ils arrivent sur le collecteur qu’est la Vésubie, c’est très impressionnant. Certains feront le canyon de la Peira un enchantement avec belles cascades de tuf et des vasques bien appréciées. Les petites grenouilles feront même la dernière vasque. Ils parcourront la belle via ferrata de Colmiane, très spectaculaire avec 600m de dénivelé pour 5h30 de progression et arrivée à 2250m d’altitude.
 L’anniversaire de Fabien restera un grand moment, agrémenté par les belles mélodies distillées par Anne Pierre, canyoneuse et musicienne suisse qui enchantera l’auditoire avec sa harpe !
(JJ et Dominique Bondoux, l’équipe d’Ecoche, Sylvain, Fabien ainsi que Jean et Suzanne, Anne Pierre, Barbara, Valérie et son copain, Thierry et Laure et 13 membres de la famille Badier)



27 mai :
nouvelle désobstruction à Saint Gengoux dans le TUNNEL. Nous commençons à travailler dans la grotte de l’ETE en évacuant tout ce qui est descendu par la trémie (1ère ouverture dans les parpaings). En haut, on dégage en direction du sud pour faire une première marche et vers l’ouest pour trouver le plafond. On trouve encore beaucoup de fragments osseux mais de taille centimétrique. En fin de journée, nous avons une belle coupe qui montre un niveau siliceux en auge contre la paroi ouest ; c’est un niveau intermédiaire entre les niveaux supérieurs argileux et le niveau de blocs. Dans la cavité qui s’ouvre un peu plus loin  au sud du tunnel et par où le colorant s’était échappé en 2013, nous reprenons le creusement. On trouve des sédiments en place de type sable grossier avec quelques graviers et ça avance bien, ce n’est pas compact du tout. Nous décidons de baptiser cette nouvelle grotte, grotte de la FUITE (allusion à la fuite de fluorescéine). Nous sommes en présence d’un haut de puits ou d’un début de galerie karstique. 464 seaux sont sortis. (Didier, Gabin, Lionel, Pascal, Roland et aussi Nicolas Descave, Betty et Georges, Bernard Gagnard, Camille Gheeraert, Albane, Josselin, Guilhem et Daniel Vergniaud)