3 août :
nous nous sommes donné rendez-vous à 9h30 avec les membres de PHS (patrimoine en haut sornin), devant la mine à Propières pour filmer cette curiosité minière du Haut Beaujolais vert. Michel a sorti 2 caméras, les choses sérieuses vont commencer. Accueillis par un bon café agrémenté de viennoiseries, nous nous mettons lentement en marche pour gagner la fraîcheur de la galerie (mais aussi l’horreur des moustiques qui recouvrent les parois dans les 100 premiers mètres). Nous sommes 4 pour accompagner Michel qui filme. Le matin sera consacré à la galerie inférieure et après le repas, nous allons nous élever dans les parties supérieures. Au total nous allons passer 5h30 sous terre. (Didier, Roland, Yannick, Nicolas, Michel Luquet et Jacques Chassy)

4 août :
avec Nicolas, nous équipons la vire et le P8 ainsi que l’entrée supérieure (délaissée depuis de nombreuses années) de la grotte de CRAS (Didier)

5 août :
nouvelle désob à la grotte de l’ETE ; une fois encore, l’effectif est très réduit ce qui oblige à se concentrer sur un seul chantier. C’est donc dans la grotte de l’ETE que se portent les efforts avec, pour commencer, un aménagement de l’accès qui se traduit par un rabotage de la marche d’entrée. Quelques fragments osseux sont trouvés. Des dalles calcaires décimétriques sont mises à jour. En fin de séance, Pascal s’attaque, à la massette et au burin, à la grosse pierre qui encombre le fond de la perte de la FUITE. 458 seaux sont évacués. (Lionel, Pascal ainsi que Betty, Georges et Bernard)

7 août :
la plus grosse sortie découverte de l’année a eu pour cadre la grotte de CRAS ; le public emmené était composé d’un groupe de 45 scouts (22 le matin et 23 l’après-midi).Ce fut une belle journée, avec des ados et leurs moniteurs très volontaires et motivés par l’activité. On a constaté les dégâts de la Pyrale du buis sur le sommet de la montagne qui ressemblera bientôt à un désert végétal ! TPST : 5h45. Un très gros merci à l’équipe Argilon qui a assuré cette découverte avec professionnalisme et enthousiasme. (Didier, Gabin, Maxime, Pascal, Georges Chetaille, Albin, Roland et Yannick)

14 août :
petite sortie canyon dans le Jura pour descendre 2 sympathiques canyons, LANGOUETTE et VULVOZ. (Chloé, Sylvain)



19 août :
rebelote 5 jours plus tard, toujours dans le Jura pour les mêmes (Chloé, Sylvain) + Pierrette qui se sont offert COISERETTE et TEINTE.

2 juillet :
Nouvelle sortie canyon dans l’Ain avec au programme le GROIN et le fossile de CERVEYRIEU. De très belles photos illustrant cette journée sont sur la page Argilon. (Dominique et Jean Jacques, Marie, Sylvain pour encadrer Francky, Hervé, Claire, Frédérique, Jacques et Cathy)


Ceux de l’argile se retrouvent en très petit comité à SAINT GENGOUX pour une journée de désobstruction (5 le matin et 4 l’après-midi) Nous sortons 180 seaux de la trémie de la grotte de l’ETE le matin et 190 l’après-midi depuis la perte de la FUITE où on dépasse les -3m. Didier, Lionel, Betty, Georges, Daniel Vergniaud)

5 juillet :
Gourou emmène le correspondant local du JSL (qui se souvient de la tyrolienne de Mussy !) voir les phénomènes karstiques du RATAY. Il est enchanté par cette visite et j’attends son papier !!

7 juillet :
Gabin et son retraité de grand-père accompagnent Michel (Luquet) dans la mine de PROPIERES avant de démarrer le film. Nous montons tout en haut des dépilages où 2 nouvelles cordes ont été installées. Présence de Jacques Chassy,  Monique Velay, Jacqueline Bertrand et du maire de Propières.

9 juillet :
plongée en solo pour Ludovic à la DOUIX DE CHATILLON (21).

12 juillet :
Didier accompagne Michel Luquet ainsi que ses 6 petits-enfants dans les grottes d’Azé. Le matin, visite guidée (explications un peu sommaires) et l’après-midi visite spéléo de la rivière jusqu’au siphon des Beaunois. Nous constatons avec effroi et répugnance les ravages de la pyrale sur la totalité des buis de l’arboretum.

16 juillet :
petite visite des deux sondages miniers de Monsols, situés quelques décamètres en amont du viaduc, en rive gauche du ruisseau (Grosne occidentale) ; il y a toujours de belles laisses d’eau bien claire. Nous montons jusqu’à la cascade qui ne coule que très peu. Les arbres y sont magnifiques. (Didier, Florian, Maxime et David Guitard)

22 juillet :
pour la 3ème année consécutive, nous installons une tyrolienne au-dessus du Mussy et de l’aire de loisirs, et pour cette journée encore, la tradition est respectée : nous aurons droit à notre orage ! Plus de 40 enfants feront 3 ou 4 descentes (même plus pour certains privilégiés !!), à fond les gamelles comme dirait Judi ! pas d’incident cette fois-ci et nous avons bénéficié d’une nacelle neuve qui nous a permis de démarrer à environ 10m du sol. Remerciements à la mairie de Mussy, à l’entreprise Batimontage et au personnel de l’office de tourisme (Manon et Maxime). (Didier, Florian, Albin, Audrey, Judi, Clément, Valentine, Philippe et Nathalie, Christian Mauguin, Georges Dedienne et Nicolas)

23 juillet :
désobstruction à Saint Gengoux. Comme nous sommes assez nombreux, il est possible de travailler sur les deux cavités : l’Eté et la Fuite.
Perte de la Fuite : on dégage une partie de la galerie (méandre) qui part vers le sud mais c’est plus étroit que la branche ouest donc nous allons porter nos efforts sur cette dernière ; ça continue à descendre. On rencontre un niveau avec quelques galets (grès) mais ce sont surtout deux gros blocs de calcaire qui vont ralentir notre progression. L’un deux est remonté dans le tunnel au prix de gros efforts (30mn à 4 !) Pour l’autre il faudra casser sur place (perfo). Au fond le méandre continue à s’élargir. Mais la principale question reste encore sans réponse :puits ou méandre ? En fin de séance nous atteignons -4,20 m.
Grotte de l’été : nous dégageons le passage trouvé lors d’une précédente séance et partons plein ouest. Une canine de taille « petit ours » est trouvée. On découvre également un fragment de diaphyse d’os long pris dans la brèche et comme toujours très fragile. Il est dégagé délicatement pour au moins avoir une photo. A midi on aperçoit la paroi à l’ouest. L’après-midi nous reprenons la progression en dégageant simultanément au sol et au plafond de part et d’autre du vide. Toutefois il s’avère que la partie du remplissage restée collée au plafond a été maintenue par un niveau de sédiments bréchifiés. Il est nécessaire de faire parler le burin. En fin de journée on a une largeur minimum de plus de 9,5 m ; avec une hauteur de 8m nous sommes dans une très grande cavité pour le mâconnais. Nous aurons sorti 414 seaux. ( Didier, Lionel, Pascal, Albin ainsi que Cilou le matin, Daniel Vergniaud, Betty et Georges, Bernard Gagnard, Nicolas Descave, Maxime Sirole)

1er mai :
en ce jour de fête du travail, c’est la découverte spéléo qui est à l’honneur pour les juniors. Tout d’abord à la GROTTE DU CHARME, là où tout a commencé pour les Argilons que « l’équipe d’Ecoche » entraîne une famille Ecochoise. Ils se faufileront durant 1h30 dans les boyaux qui sont désormais en partie habités par des blaireaux. (Audrey, Judy, Valentine, Clément avec Aurélie, Cyril, Agathe et son petit frère)
Dans le Mâconnais, une autre équipe investit la grotte des FURTINS, à Berzé la Ville ; avant d’entrer nous rencontrons le 1er magistrat qui nous parle de la cavité, de son accès et de l’intérêt qu’il porte aux spéléos qui viennent dans la grotte. Nous passerons 2h dans cette jolie cavité qui ne développe que 200 m mais recèle de beaux couloirs et de beaux volumes. A la fin de la visite, Ludovic et Gaspard viennent nous rejoindre pour une séance photo. Ce sera aussi l’occasion d’une sortie découverte pour Héloïse, Cléo et Julien. (Didier, Gabin, Pascal, Albin, Roland, Dominique Dassonville)

3 au 5 mai :
nous ne sommes que 5, malheureusement à nous rendre à Nantua pour ce gros congrès fédéral qui a regroupé un total de 1050 participants (en comptant les 75 bénévoles qui ont assuré l’organisation sur place, du CDS 01 et du CDS 396 pour la plupart). Ce fut un beau congrès avec beaucoup d’animations dont une nouvelle tyrolienne du SSF de plus de 1200m de longueur au-dessus du lac : Jean Jacques, Lionel et Isabelle l’ont testé et en auraient bien fait un deuxième tour !
Autrement beaucoup d’exposants, des films, des tables rondes, des moments de convivialité où l’on a eu plaisir à revoir des spéléos venus de toute la France. Notre ami Michel LUQUET a été fait membre d’honneur de la FFS, bravo pour tout le travail audiovisuel qu’il accomplit depuis plus de 40 ans. Lundi, Gourou, Jean jacques et Roland ont fait la via de Fort l’Ecluse : bien avec 150 m de dénivelé, peu de marche d’approche et une vue magnifique sur les méandres du Rhône. Le dimanche, Lionel, Isabelle, Roland et Jean Jacques sont montés au sommet du crêt de Chalame dans le brouillard… côté vue ce fut raté ! (Didier, Lionel, Jean jacques, Roland et Isabelle)

13 mai :
c’est à CRAS que ça se passe et encore de la découverte. Nous ne sommes pas trop nombreux pour assurer l’équipement complet de la grotte et l’encadrement de 3 néophytes. Malgré une météo pluvieuse, nous montons à pied jusqu’au sommet. Nous passerons plus de 4h dans cette cavité qui offre de belles possibilités de progression technique. Heureusement que Christian est venu me rejoindre avec Damien et Nicolas, sans lui l’encadrement aurait été très compliqué malgré l’aide précieuse de Gabin qui a pris son rôle d’encadrant très au sérieux et a vaincu son appréhension du vide pour aider les débutants dans leur progression. (Didier, Gabin, Christian, Damien, Nicolas pour encadrer Maureen, Héloïse et Cléo)

14 mai :
retour à 9h sur le « chemin de la montagne » à CRAS pour cette fois encadrer un groupe d’étudiants de l’ENSAM de Cluny. Ils sont à l’heure mais de 6 ils ne se retrouvent que 5. Ce n’est pas grave, la qualité prévaut sur la quantité ! Contrairement à la veille c’est sous un beau soleil que nous escaladons les quelques hectomètres de chemin jusqu’à la grotte. Il faut dire que Gourou et son petit-fils ont opté pour une montée en 4x4, c’est beaucoup moins dur pour le tout jeune retraité ! Il nous faudra 2h45 pour faire le parcours total et déséquiper la cavité. Gabin, une fois encore a joué le rôle d’un équipier bienveillant avec les nouveaux. En sortant nous retrouvons Marjorie, Gaspard et Ludovic qui ont eu un peu de mal à démarrer le matin ! (Didier, Gabin, Pascal, Albin qui ont assuré l’encadrement d’Audrey, Théo, Yvan, Rémi et Pierre-Louis)

21 mai :
descente canyon pour faire travailler la technique à Chloé ; Sylvain avait choisi le SAUT du GIER qui est bien vertical ; le soir, ils font la via-ferrata de Planfoy. (Chloé, Jean-Pierre et Sylvain)

25 au 28 mai :
week-end dans le sud pour une partie de nos grenouilles qui retrouvent leurs amis Suisses et Marseillais. C’est à l’occasion de ces retrouvailles entre stagiaires EFC (notre instructeur y organisait chaque année un stage à l’ascension) qu’une forte équipe se retrouve dans la Haute Vésubie pour faire la surprise à Fabien (qui soufflera ses 60 bougies le samedi) que plusieurs canyons et via ferrata furent parcourus.
Canyon de l’Infernet , assez sauvage, celui de la Bollene très aquatique avec sauts, toboggans et descentes sans discontinuer. Ils ont parcouru la via ferrata des canyons de Lantosque avec remontée de 60m, tyrolienne de 100 m. Un moment, ils arrivent sur le collecteur qu’est la Vésubie, c’est très impressionnant. Certains feront le canyon de la Peira un enchantement avec belles cascades de tuf et des vasques bien appréciées. Les petites grenouilles feront même la dernière vasque. Ils parcourront la belle via ferrata de Colmiane, très spectaculaire avec 600m de dénivelé pour 5h30 de progression et arrivée à 2250m d’altitude.
 L’anniversaire de Fabien restera un grand moment, agrémenté par les belles mélodies distillées par Anne Pierre, canyoneuse et musicienne suisse qui enchantera l’auditoire avec sa harpe !
(JJ et Dominique Bondoux, l’équipe d’Ecoche, Sylvain, Fabien ainsi que Jean et Suzanne, Anne Pierre, Barbara, Valérie et son copain, Thierry et Laure et 13 membres de la famille Badier)



27 mai :
nouvelle désobstruction à Saint Gengoux dans le TUNNEL. Nous commençons à travailler dans la grotte de l’ETE en évacuant tout ce qui est descendu par la trémie (1ère ouverture dans les parpaings). En haut, on dégage en direction du sud pour faire une première marche et vers l’ouest pour trouver le plafond. On trouve encore beaucoup de fragments osseux mais de taille centimétrique. En fin de journée, nous avons une belle coupe qui montre un niveau siliceux en auge contre la paroi ouest ; c’est un niveau intermédiaire entre les niveaux supérieurs argileux et le niveau de blocs. Dans la cavité qui s’ouvre un peu plus loin  au sud du tunnel et par où le colorant s’était échappé en 2013, nous reprenons le creusement. On trouve des sédiments en place de type sable grossier avec quelques graviers et ça avance bien, ce n’est pas compact du tout. Nous décidons de baptiser cette nouvelle grotte, grotte de la FUITE (allusion à la fuite de fluorescéine). Nous sommes en présence d’un haut de puits ou d’un début de galerie karstique. 464 seaux sont sortis. (Didier, Gabin, Lionel, Pascal, Roland et aussi Nicolas Descave, Betty et Georges, Bernard Gagnard, Camille Gheeraert, Albane, Josselin, Guilhem et Daniel Vergniaud)


4 juin :
nos grenouilles se sont fait plaisir en descendant un magnifique canyon : le NEYRON dans le Vercors. Ils se sont régalés dans une succession de cascades avec juste ce qu’il fallait comme eau pour prendre son pied. (Chloé, Sylvain avec Chrystèle Dorin-Locquin et Marco)

10 juin :
nouvelle sortie canyon pour « l’équipe Belmontoise » avec la descente de la FOUGE dans le Bugey et ses cascades spectaculaires. Une fois encore, Chrystèle et Marco étaient de la partie. Ils ont fait pas mal de photos et une petite vidéo. (Chloé, Sylvain)



11 juin :
séance mensuelle à St Gengoux dans les deux grottes : l’ETE et la FUITE. En premier lieu, ils évacuent ce qui a été vidangé par la trémie sinon impossible de franchir la suite. A la grotte de l’ETE, on continue vers le sud et l’ouest : du vide apparaît en direction de l’ouest. Une mesure au laser donne 3m. Pour l’instant il est trop dangereux de s’y risquer, le plafond présente des risques importants d’éboulement. Dans la grotte de la FUITE, la côte -2m est dépassée ; la galerie fait un coude avec une direction plein sud et une autre vers l’ouest, c’est-à-dire vers la grotte de l’ETE.374 seaux sont évacués (Lionel, Pascal, Betty, Georges, Véronique Colléoni, Aymeric Saulnier, Albane, Guilhem et Josselin)

16 au 18 juin :
Jean Jacques se rend au Rassemblement Interfédéral Canyon qui a été organisé par le CDS 39 et le CSR BFC, avec un fort investissement de Jérémy Pignier. Tout se passait autour de Saint Claude.

17 juin :
descente du canyon de la SEMINE dans l’Ain. Présence Marco, Chrystèle, Pierrette et Anne.

18 juin :
pas un ne manquait à l’appel pour cette journée découverte canyon qui s’est déroulée dans le RHEBY. Un groupe de 12 personnes, adultes et enfants qui a bien apprécié et en redemande ! (Chloé, Sylvain, Jérôme, Pierre et Dominique Lathuillière à l’encadrement aidés par Xavier Bigay)

25 juin :
en cette chaude journée de début d’été, nous avons emmené 15 néophytes (dont 2 jeunes Argilons) se mettre au frais dans les vastes galeries en montagnes russes de la BORNE AUX CASSOTS. Dès l’entrée le courant d’air tonifiait les plus timides pour avancer ! Jusqu’à la vire nous avons progressé à la queue leu leu puis on s’est séparés en 3 équipes. La première est ressortie directement (12 personnes) la seconde se dirige vers la galerie du gypse sous la conduite de Pierre et Jérôme Coveliers (5 personnes) tandis que la troisième emprunte le réseau Alain, avec en tête Lionel, Pascal et Albin(9 personnes au total)Une belle journée pour tout le monde, les premiers sont dehors après un TPST de 4h30 tandis que les derniers (du réseau Alain) sortiront deux heures plus tard ! Finalement tout le monde passe par Château Chalon et la fromagerie VAGNE. (Didier, Gabin, Lionel, Pascal, Audrey, Jérôme, Pierre et Raphaëlle, Albin, Isabelle, Roland, Clément, Judicaël et Valentine ainsi que Pierre, Héloïse, Maëlle, Patrick, Bernard, Xavier, Guillaume et Marielle, Emérentienne, Nicolas, Albane, Guilhem et Josselin)
Pendant ce temps, un tout petit peu plus au sud, non loin de Lons, Ludovic plonge une source désobstruée par les copains du premier plateau et fait un peu de première en franchissant le S2 (25m, -3) avec arrêt sur S3. Affaire à suivre !

26 juin
Sylvain, accompagné de Chloé et Christelle, emmène son neveu dans le canyon du DARDANET qui est un des deux seuls canyons Ligériens !

23 avril :
pour la première fois, nous nous sommes engagés à soutenir une association caritative locale ; sollicités par la présidente du « Défi Anthony » qui chaque année regroupe de nombreuses personnes, associations pour soutenir la recherche sur la leucémie des enfants, nous avons dit « banco » pour une tyrolienne sur place. Dimanche matin, après qu’un bûcheron ait fait une coupe sévère aux branches basses de plusieurs  arbres situés sur le trajet de notre tyrolienne, nous tendons 50 m de corde entre un chêne et un gros acacia. Dès 10h30, nous sommes opérationnels pour accueillir les enfants présents et avides de dévaler 1, 2 ou 3 fois les 50m de corde avec arrêt sur une grosse botte de paille. Après une courte pause pendant midi, on recommence et début d’après-midi avec encore beaucoup de jeunes amateurs ; vers 15 h45, un évènement viendra mettre fin prématurément à cette opération. En effet, une voiture s’engagera sous la corde, après que les parents présents l’aient laissé passer. Heureusement, pour la petite qui a percuté violemment le rétro de la voiture, le bilan sera moins grave que nous croyions au départ (juste quelques contusions). Malgré tout les pompiers sont intervenus et l’ont transportée aux urgences à Roanne. Décidément, les tyroliennes ne nous portent pas chance ! (Didier, Gabin, Philippe et Nathalie, Albin, Michèle et Danièle)

30 avril :
première désobstruction dans le TUNNEL à Saint Gengoux. Il a fallu tout d’abord évacuer ce qui était tombé depuis l’an dernier. La grotte de l’ETE devient de plus en plus dangereuse, les chutes de terre et de pierres sont de plus en plus fréquentes et le risque de se faire enterrer devient une réalité : il va sûrement falloir envisager de creuser à un autre endroit ou attaquer différemment la trémie. 372 seaux ont été sortis. (Lionel, Pascal, Ludovic ainsi que Betty, Georges, Bernard, Albane, Guilhem et Josselin)
Le même jour, dans le BUGEY, 3 Argilons s’emploient à descendre le BIEF DE LA VALOUZE. (Chloé, Sylvain, Dominique L.)