30 mars au 1er avril:

dès vendredi soir, 7 Argilons et 2 Nivernais se retrouvaient dans les encombrements pour rejoindre le camping de la CLAYSSE à SAINT SAUVEUR DE CRUZIERES (07). Le samedi matin, tandis que l'équipe de grenouilles rejoignait ROCHECOLOMBE pour y descendre le canyon éponyme, Isabelle et Lionel s'arrêtaient à BARJAC pour arpenter la grande brocante qui attire 5 jours durant, des dizaines de milliers de "chineurs". En fin de matinée arrive une grosse équipe composée de Gourou, Florian et Gabin, l'équipe d'Ecoche ainsi que Betty, Ambre, Georges et Pascal. Ce sera en milieu d'après-midi que du côté des spéléos ça commence à bouger. Ils se dirigeront vers CHADOUILLET pour ensuite se diviser en deux équipes: la première, forte de 12 personnes descend à la COTEPATIERE tandis que la seconde part soulever la grille qui obture l'entrée artificielle de PEYREJAL où sont déjà engagés 3 Anglais que nous avons trouvé en arrivant au terminus voitures. Dans l'équipe de PEYREJAL nous avons deux jeunes débutants: Ambre et Gabin aussi cette descente a surtout un but formateurs et ce sera bien le cas. En effet, au cas ou les Anglais sortent en premier, Didier a équipé en double ce qui, dans cette diaclase un peu serrée, n'aide pas surtout à la remontée. Nous n'irons pas très loin dans les tubes mythiques car il y a beaucoup d'eau (il a plu encore hier) et nous nous contenterons d'aller admirer quelques Niphargus dans le plan d'eau qui précède le siphon aval. La remontée se passera sans grande difficulté, juste un peu lentement. Nous rejoignons la COTEPATIERE où les premiers sont déjà en haut de l'échelle de sortie. Ensuite avec Betty, Georges, Ambre, Florian, Pascal et Gabin nous allons jeter un œil sur l'évent de PEYREJAL où l'eau est sortie il y a peu de temps. En remontant vers les voitures nous dérangerons une laie et ses marcassins: un beau moment d'intense émotion! Retour au campement où la suite sera surtout marquée par l'arrivée de Florence (Arnaud) et ses 3 enfants venus nous faire un petit coucou qui seront bientôt rejoints par Judicaël le papa. Instants exceptionnels où 2 Judy se retrouvent et immortalisent ce moment par un selfie! La soirée se prolongera tard avec des breuvages divers et variés mais très appréciés!

Le lendemain, programme très varié puisque nous ferons 3 cavités dans la journée: le matin, BAUME DE CHAZELLES (entrés supérieure et petit tour dans l'inférieure) et l'après-midi, grotte de LOUOÏ et du DEROC près de Vallon Pont d'Arc. Le matin, les enfants s'en donnent à cœur joie en grimpant dans tous les recoins possibles. Nous nous arrêtons sur un puits incliné mais nous n'avons pas prévu le descendeur aussi nous rebroussons chemin après avoir admiré quelques petits rhinolophes accrochés aux concrétions. Dans la partie inférieure nous sommes vite arrêtés par un "quatre pattes" un peu pénible sur de gros blocs. Retour au camping où nous retrouvons Maureen, Julien, Cléo Héloïse et Caroline qui arrivent de Saône et Loire. Vers 14h30, direction Vallon pour aller voir ces 2 grottes dont Lionel nous a vanté les vestiges archéologiques, préhistoriques et morphologiques. On mettra un peu de temps à grimper jusqu'au porche de la grotte de LOUOÏ mais finalement tout le monde y parvient assez facilement malgré la pente. Belle grotte aux dimensions impressionnantes avec des traces d'exploitation de phosphates bien visibles et la présence de quelques chiroptères qui commencent à émerger. Après quelques photos à l'entrée, nous nous déplaçons de quelques décamètres vers l'ouest pour entrer dans celle du DEROC. Ce qui nous attend est époustouflant: coupoles de chauves-souris, concrétions teintées de bactéries, galets vieux de 5MA en train de se dissoudre sous l'action de l'air acide, concrétions très belles et aussi des dimensions étonnantes. La grotte comporte de nombreux diverticules et au moins 4 entrées aussi nos 7 jeunes s'en donneront à cœur joie  en jouant les aventuriers de l'arche perdue! Lionel a pu immortaliser le dépôt de galets charriés il y a 5 millions d'années depuis les Cévennes par l'ancien lit de l’Ardèche (aujourd'hui nous sommes plusieurs dizaines au-dessus de l'Ibie qui a envahi cette ancienne boucle); Florian, Ambre et Gabin ne sont pas sortis par la même entrée que le reste de la troupe aussi nous lancerons une petite "caravane de secours" pour aller à leur rencontre, 20 mn après avoir retrouvé les véhicules.Retour au camping assez tard (plus de 20h30) où nos 5 canyoneurs ont déjà attaqué l'apéro car ils sont sortis de PISSE VIEILLE il y a bien longtemps. Eux aussi se sont bien régalés avec la C70 qui termine ce petit canyon rarement en eau qui débouche non loin du Pont d'Arc.

Lundi, le matin ce sera chasse aux œufs près de la GOULE DE SAUVAS que nous irons voir à l'entrée mais il y a peu d'eau qui coule donc plus bas ce serait difficile de progresser surtout avec des néophytes. Après un dernier repas au camping, les derniers protagonistes quittent l'Ardèche en fin de matinée: les canyoneurs sont allés descendre le RIEUSSEC ( Chloé, Jean Pierre, Sylvain, Damien, Isabelle et Lionel). Retour avec beaucoup de circulation vers le nord mais les yeux remplis de belles images après 3 jours ensoleillés et heureux. (Didier, Florian, Gabin, Lionel, Pascal, Ambre, Julien, Héloïse, Cléo, Caroline, Maureen, Georges et Betty, Audrey, Clément, Valentine et Judy, Chloé, Jean Pierre, Sylvain et Sylvie, Isabelle ainsi que Évelyne et Robert du GRESN, Florence et Judy avec leurs 3 bambins)

8 avril:

c'est la reprise au TUNNEL! Pour cette première séance printanière, nous sommes assez nombreux, nous pourrions même attaquer sur 2 fronts: malheureusement, l'eau qui dévale le P5 de la perte de la FUITE n'autorise pas l'accès à la partie aval. Point positif à souligner, depuis que l'eau coule, le niveau du fond ne dépasse pas les 0,70 m et ça nous motive pour suivre le chemin de ce ruisseau qui alimente en partie la rivière d'Azé. Lionel avait prévu d'attaquer les moellons du tunnel, afin de faciliter l'évacuation des seaux et sécuriser le travail. Nous laisserons les perfos dans leurs valises pour reprendre de façon conventionnelle la désob dans la galerie. Nous sortirons 504 seaux et beaucoup de pierres. On arrive au bout de la partie renforcée et on trouve la dalle calcaire au sol: il semble qu'on va devoir arrêter de ce côté. Il nous reste une coupe à redresser et le vidage complet des sédiments en prenant soin des os en place. Nous avons également fait une découverte fortuite: une famille de loirs gris (Myoxus glis) qui avait choisi la grotte de l'ETE comme résidence d'hiver. Les 4 petits rongeurs n'ont pas semblé trop perturbés par nos travaux puisque 3 d'entre eux ont repris leur somme au milieu des seaux et des pierres. (Didier, Maxime, Albane, Guilhem, Josselin, Lionel, Pascal, Betty et Georges, Bernard Gagnard, Véronique, Daniel Vergnaud, Julien Lacharme, Mahé, Simon, Bruno Labe ainsi que Fanny)

13 avril:

nous avions donné rendez-vous à la population de Château pour venir découvrir (de façon virtuelle dans un premier temps) le gouffre de la CRÔSE, qui en a intrigué plus d'un depuis 2014. Après la présentation richement illustrée de Lionel, c'est le film de Michel LUQUET: "Dans les pas des gueules rouges" que nous leur avons présenté, montrant de façon bien documentée aussi bien le côté spéléologique pur qu'une partie historique industrielle, témoin de ce riche patrimoine qui semblait être condamné à l'oubli. Nous n'avions pas imaginé susciter un tel engouement. Lorsque vers 20h10 nous arrivons dans la salle communale, après un sympathique repas chez Jacqueline, quelle surprise: la salle est déjà à moitié pleine et les spectateurs continuent d'affluer. Au final, ils seront pus de 120, certains suivront la conférence debout au fond de la salle! En tous cas ce fut riche en échanges, avec parfois de spectateurs très éclairés comme Michel  Augros, ancien du GSAC qui a travaillé à Blanot dans les années 60 ou encore Bruno Labe, spéléologue et spécialiste des mammouths, paléontologue. (Didier, Gabin, Albane, Guilhem, Josselin, Ambre, Lionel, Isabelle, Pascal, Betty, Georges Dedienne)

14 avril:

Comme convenu, nous sommes à 9h sur le viaduc de Monsols pour attaquer le nettoyage des piliers et des arches grâce à nos techniques de progression spéléo sur corde. Le 1er adjoint et Mme Gentelet nous accueillent avec café et croissants. malgré une météo un peu humide, à 12h30 beaucoup d'arbrisseaux sont déjà éliminés ; nous suivons nos hôtes jusqu'au restaurant du village. vers 14h, la reprise sera un peu dure, après un repas bien convivial, mais heureusement la météo s'améliore. Nous voyons arriver sur place Florian avec Lison et un ami, David Guittard. Nous mettrons l'après-midi à profit pour parfaire les techniques de nos juniors (dont Lison qui fera une descente de 12m) Tous nos jeunes se sont bien éclatés sur corde, Clément ne voulait pas s'arrêter! Il était près de 19h quand nous quittons le site, heureux de cette journée où nous avons joint l'utile à l'agréable. (Didier, Florian, Gabin, Pascal, Ambre, Georges Dedienne, Albin, Roland, Clément, Judicaël, Quentin, Johan, Michèle Daniel ainsi que Lison et David qui ont fait chacun une descente)

20 avril:

nouvelle conférence, cette fois à BLANOT. C'est une fois encore Lionel qui sera le maître de conférence: le sujet du jour c'est surtout Benoît DUMOLIN, inventeur de la grotte de la CAILLEVERDIERE et précurseur de la spéléologie d'exploration sans le savoir. Un second sujet, beaucoup plus pointu sur les bactéries, fut plus dur à digérer pour l'auditoire. Environ 35 à 40 personnes, nous étions loin du succès de la semaine précédente à Château, mais les gens présents ont bien apprécié la prestation. (Lionel, Pascal, Betty et Georges)

21 avril:

ç'aurait du être une sortie découverte mais faute de combattants elle s'est transformée en sortie initiation et de JUJURIEUX, nous avons migré vers le CROCHET SUP. Avec une météo très estivale, on ne pouvait rêver mieux pour ce type de sortie. On s'arrête en haut des puits arrosés.  3 Argilons montent visiter la partie supérieure pendant qu'on assure la remontée de nos débutants. TPST: 3h (Didier, Albane, Guilhem, Johan, Josselin, Betty, Pascal, Georges, Audrey, Albin, Judy, Clément, Valentine)

14 au 21 avril:

Sylvain rejoint une équipe de canyoneurs du sud pour une semaine de rêve aux BALÉARES. Certains de ces canyons débouchent directement dans la grande bleue. Durant ce séjour, il n'a pas chômé puisque 6 canyons furent descendus: BINIARAIX, DINERS, MORTITX, NA MORA, GORG BLAU I SA FOSCA, VALDEMOSSA  .

28 avril:

On déménage le local CDS. De CRUZILLE, il se déplace à DOMPIERRE LES ORMES chez Albin, dans ses locaux professionnels. Nous ne sommes pas trop de 6 avec 4 véhicules et 3 remorques pour évacuer la totalité en un seul voyage: pompes, tuyaux, câbles, cordes, matériel SSF, casques, matériel désob, etc. L'après-midi Fred THOMASSET nous rejoint pour nous aider à inventorier les tuyaux. ça se termine vers 17h. (Didier, Pascal, Albin, Quentin, Georges Dedienne , Daniel et Fred)

La spéléologie c'est l'exploration, la description, l'étude des cavités naturelles du sous-sol (grottes, gouffres). Au sein du spéléo-club argilon, la spéléologie est pratiquée de manière sportive (visites de classiques, formation technique...) et scientifique (désobstructions, datation du remplissage des grottes...). Le club propose également l'activité canyon.

Le spéléo-club argilon se trouve en Sâone et Loire, son siège social est localisé à Saint Igny de Roche (chez M. ACCARY Didier, 06 09 90 23 31).

Si vous êtes intéressés par la spéléo mais que le spéléo-club argilon est trop loin de chez vous, il existe d'autres clubs en Sâone et Loire : les spéléo-clubs de Louhans et La Musaraigne. Vous pouvez accéder aux coordonnées des trois clubs dans la rubrique "nous contacter" de ce site.